Avez-vous déjà un enfant qui sait parler ? Avez-vous déjà remarqué une chose amusante concernant son rapport au passé et au futur ? Effectivement, un enfant ne concoit pas le passé et le futur comme un adulte. Je ne dirais pas qu’il n’en a aucune compréhension, mais cela reste très basique.

Mon Adam de 4 ans par exemple se contente de 2 mots : demain et avant. Ce sont les deux seuls mots qu’il utilise pour exprimer une idée d’antériorité ou de postériorité. En observant cela et en extrapolant aux punitions que le père indigne que je suis aime lui infliger, j’ai compris qu’il y a deux sortes de punitions qui ne marchent pas avec un enfant.

menaces inutilesLes menaces dans le temps

C’est les plus évidentes parce que nous les utilisons tous. Si notre enfant se comporte mal dans une situation où nous ne pouvons nous permettre de faire une scène, nous lui disons des choses comme « attends de voir à la maison » ou « je vais te priver de telle ou telle chose que tu aimes » ou « tu n’auras pas droit à ton dessert favori »…

Bref nous tentons de lui faire comprendre que son futur risque de ne pas être à son gout… et nous sortons totalement de nos gonds lorsqu’il/elle ne nous écoute pas. Le problème est le suivant : allez faire comprendre la couleur du ciel à un aveugle de naissance ! Oui, décrire ce bleu (ou ce gris en l’occurrence) est facile quand on a un point de comparaison mais carrément impossible dans l’autre cas.

Pour un enfant, le problème est du même style. Il n’a pas de point de comparaison clair et défini avec lequel il peut comprendre le passé et le futur. En conséquence, toute menace qui fera intervenir l’idée d’une punition à venir ne sera pas vraiment effective.

Les Menaces impossible à tenir

Il s’agit ici de votre autorité, un produit rare si j’en juge par ma propre expérience :-)

Plus sérieusement, les enfants ne comprennent pas le second degré. Pour eux, soit vous dites puis faites… et dans ce cas il vaut mieux ne pas plaisanter avec vous. Soit vous dites puis ne faites pas… et l’humour, l’ironie et le sarcasme passent au dessus de la tête de la majorité des enfants de maternelle.

Menaces à éviter totalement :

  • Arrête de crier dans la voiture où je m’arrête (non vous ne le ferez pas)
  • Arrête de pleurer ou je te laisse tout seul ici (non vous ne le ferez pas)
  • Mange tes épinards ou tu ne mangeras rien d’autre (êtes-vous sûr de cela ? Etes-vous sûr que votre moitié ne lâchera pas ?)
  • Calme-toi ou je ne t’achète rien pour ton anniversaire (non vous ne le ferez pas)
  • Sois gentil avec les enfants / tes cousins ou tu ne reviendras plus (non vous ne le ferez pas)

Ce sont là tous des panneaux dans lesquels je suis tombé et je comprends parfaitement qu’un autre parent puisse y tomber. Mais je crois aussi qu’il y a aussi une solution simple qui peut régler la majorité des problèmes avec nos mini-monstres.

Dire puis faire… sans aucun délai

Voici ma manière perso :

  1. Je parle (des fois calmement et des fois non, faut être honnête)
  2. Je menace verbalement deux fois
  3. Il n’y jamais de trois, la troisième c’est l’application de ce que j’ai prévenu
    • Si c’est le dessert qui saute, bye-bye
    • Si c’est le repas qui saute, bye-bye
    • Si c’est l’après-midi de fun, bye-bye
    • Si c’est la fessée, boum-boum

J’ai pour habitude de dire qu’on ne peut pas se permettre de voir son autorité bafoué par la génération qui manipule parfaitement un iPad à 1 an et demi… si c’est votre cas… est-ce que vous imaginez ce qui vous attend à l’adolescence. Et non, un enfant qui ne respecte pas votre autorité à la maternelle ne la respectera pas plus au lycée.

Qu’en pensez-vous ?

Credit Photo

Le Graal de la blogosphère dans laquelle j’évolue c’est de travailler à domicile. Non, en fait la moitié des salariés des salariés que je connais adorerait pouvoir dire qu’ils travaillent de chez eux, l’autre moitié considère comme un cadeau le fait que leur entreprise leur accorde une journée de travail à domicile de temps à autre.

La vérité, c’est que travailler à domicile est tout sauf simple. Dans un premier temps, vous avez toutes les distractions avec lesquelles vous aimez décompresser à portée de main. Dans un second temps, si vous êtes père de famille avec des enfants en bas âge, vous avez toute la marmaille qui semble n’avoir qu’un objectif : vous empêcher de travailler !

J’ai déjà beaucoup écrit sur le fait de contrôler ses distractions. Aujourd’hui, on va s’intéresser à ce que je vis en ce moment par exemple, je veux parler de mon dernier qui dès que la porte de mon bureau s’ouvre en profite pour se faufiler à « fond les manettes » arrive à mon bureau avec un grand sourire et parfois se prend les pieds dans le câble de mon ordinateur. Boum ! Grosse frayeur, mais DIEU merci je n’ai encore jamais rien perdu d’important.

Bref, au fil des mois j’ai développé quelques techniques que j’aimerai partager avec vous.

Continue Reading…

Dans le dernier article, je vous ai parlé de ce qui est pour moi une révolution éducative : la tablette numérique. Je vous ai aussi clairement prévenu sur le fait que je suis biaisé, j’ai 2 iPad (modèle 1 et 2) et l’expérience offerte est, pour moi, sans commune mesure avec les tablettes Android. Pour info, j’avais acheté une Viewsonic ViewPad Tegra 2 (donc plus puissant qu’un iPad 1), ce fut un désastre ! (Edit : aujourd’hui, j’ai un téléphone Android 4.0.3 et je vois que du chemin à été parcouru, bravo Google)

Donc voilà ! Je n’ai aucun souci à tester autre chose et à en faire un article pour dire ce que j’en pense mais… pour l’instant je focalise sur mes machines et j’essaie d’apporter quelque chose aux Papas parfois en galère pour trouver des applications amusantes et utiles. A l’heure où j’écris l’App Store en est à environ 600 000 applications disponibles.

J’insiste enfin sur l’obligation de maintenir le wifi éteint pour deux raisons :

  • Les jeux gratuits ont de la pub, vous ne voulez pas que votre enfant aille voir des sites non contrôlés
  • Les jeux gratuits contiennent souvent des « achats intégrés ». Vous ne voulez pas qu’il vous fasse 500 euros d’achats (ça c’est déjà vu)

C’est parti !

Continue Reading…

L’une des choses les plus difficiles dans l’éducation d’un enfant est de savoir où s’arrêter. Est-ce qu’en tant que père on en fait assez ou, au contraire, est-ce qu’on en fait trop ? Où est la limite entre la bêtise qui mérite de gros yeux, celle qui mérite de parler plus sérieusement, et celle qui demande une fessée ?

Pourquoi faire les gros yeux ?

La première des choses à comprendre, c’est votre influence sur votre enfant. Je vais être un peu cassant mais c’est que je l’observe tellement souvent que je me dois de l’écrire. Si votre enfant ne craint pas votre autorité, il ne craindra pas vos gros yeux. Il continuera sa bêtise parce qu’il pensera que, comme d’habitude, les gros yeux ne seront pas suivi d’actions.

enfants limitesPourquoi parler ?

Il y a quelques jours mon grand s’est amusé à pincer son petit frère très fort. Une sombre histoire de droit de passage non acquitté… L’occasion était trop belle de lui expliquer qu’on ne pince pas son petit frère parce que… et me voilà en train de lui lister les raisons. Attention cependant ! Je ne dis pas « ce n’est pas bien de pincer les autres enfants ». A l’école les choses sont différentes : pince si on te pince !

Pourquoi la fessée/le pincement ?

Je ne vous ai pas tout dit concernant le pincement d’Adam sur Jebril. Quand mon grand à pincé mon plus jeune l’occasion était aussi trop belle de lui apprendre « Karma ». Pour celles et ceux qui ne savent pas ce que c’est : Karma est la manière Hindouiste/Bouddhiste de dire « tout ce que tu fais à autrui te revient en permanence dans la figure ».

J’ai donc immédiatement pincé Adam en lui disant que c’est lui qui avait déclenché ça. Cela fait partie de mes croyances et vous ne la partagerez peut-être pas mais là n’est pas le sujet.

Une limite est une limite

L’important est que vos enfants comprennent qu’il y a une escalade dans la patience de leurs parents et qu’ils ne peuvent pas se permettre de repousser indéfiniment les limites sans en payer le prix fort à un moment ou à un autre.

Si je regarde mes enfants avec les gros yeux, cela veut dire : tu vas détester la suite ! Et je ne me questionne que très rarement. Oui, mon fils dit de moi que je suis « méchant » quand nous en arrivons aux mains, mais je peux vivre avec. Je sais très bien que nous nous ferons des calins deux minutes après.

Mon dernier conseil

Ne laissez pas vos enfants vous prendre en otage. Oui, il est difficile de passer outre leurs larmes et leurs mots pénibles. Mais rappelez-vous le regard qu’on porte sur vous quand vos enfants font des cartons dans les magasins. Rappelez-vous aussi cette phrase « petits enfants, petits problèmes, grands enfants, grands problèmes. S’ils ne respectent pas vos règles en tant qu’enfant, ils ne les respecteront pas plus en tant qu’ado…

Credit Photo

Et voilà, un autre enfant à été diagnostiqué comme hyperactif dans la classe de mon enfant. Un autre petit garçon, cela va de soi. Parce que les filles ne sont pas hyperactives ou alors dans des proportions infinitésimales. Quand les petits garçons ont-ils arrêté d’être simplement des êtres plus turbulents que les filles pour devenir presque systématiquement des hyperactifs ?

J’ai été personnellement prof de Français Langue Etrangère et Formateur en Info-com durant 3 ans. J’ai pu observer pas mal d’enfants dans leur milieu naturel, c’est-à-dire scolaire puisque tous les enfants vont à l’école (normalement). J’ai eu l’occasion de voir pas mal de comportements donc celui-ci :

Continue Reading…

L’une de mes plus grandes joies de Père, c’est que je peux passer des après-midi à regarder des dessins animés et films d’animation sans qu’on dise de moi que je n’ai toujours pas grandi. En fait, je préfère nettement les films d’animation parce qu’il y a souvent des histoires à deux niveaux. Un niveau pour les enfants et un autre pour les adultes. C’est ce qui fait qu’on ne s’ennuie jamais.

J’ai eu la chance de regarder Madagascar 3 des Studios Dreamworks dernièrement. Un vrai bon moment, beaucoup d’humour, une bande originale vraiment excellente et qui colle parfaitement aux différents moments. Cependant, plus que de simples images ou une bonne musique, le film apporte son lot de petites leçons de vie qui font que j’aime à en discuter avec mon enfant par la suite et voir ce qu’il a compris et ce qui lui a échappé. Je vous propose d’en faire le tour.

Madagascar, c’est d’abord 4 amis

Continue Reading…

C’est parti ! L’école à recommencer et vos enfants sont déjà en weekend…lol. Vous souhaitez qu’ils continuent à avoir des weekends enrichissants. En fait, vous voulez éviter, autant que faire se peut, les comas devant la TV/Console. C’est dans cet esprit que j’ai préparé de nombreux conseils tirés de mon livre 52 Riches Idées : Comment Survivre Aux Vacances de Vos Enfants. J’ai bien entendu adapté les conseils pour les weekends des périodes scolaires. Vous pourrez lire chaque vendredi un nouveau conseil pour le weekend à venir. Amusez-vous bien car au final c’est bien là le plus important :)

weekend deconnecteOuvrez votre école

Ne le niez pas ! Sitôt la semaine terminée, vous remisiez vos livres et vos cahiers dès le premier jour de vacances pour vous les rappeler uniquement une semaine avant la rentrée (voire moins dans mon cas). C’est sincèrement une mauvaise manière de faire et j’en vois les limites aujourd’hui en tant que parent et ancien professeur.

Vous n’avez pas à prendre un rythme scolaire en weekend, vous n’avez même pas à avoir de compétences particulières. Cependant vos enfants doivent garder un certain équilibre entre jeu et travail. Mais alors comment le faire ?

Commencez par l’emploi du temps que vous avez créé. Il est important de prévoir au minimum 2 heures de travail. Les choses n’ont pas à être aussi rigides qu’en semaine et vos enfants vont pouvoir se focaliser sur ce qu’ils aiment réellement faire, mais ce sera dans un cadre.

  1. Cela vous permettra d’avoir des heures de paix entre les enfants.
  2. Cela leur permettra d’avoir des heures où ils devront se concentrer.

Se focaliser sur une tâche est une habileté qu’on perd en ne la travaillant pas. Certains enfants sont meilleurs que d’autres à ce jeu mais globalement, il ne faut pas s’attendre à des miracles. C’est malheureux mais les enfants n’ont plus l’occasion de se concentrer pendant une période de temps donné… sauf si un niveau de leur jeu vidéo est vraiment compliqué. Je vous laisse imaginer le jour où vos enfants la réalité de leur lieu de travail.

L’astuce : ne cherchez pas à mimer l’école, le collège ou le lycée en weekend. Vous n’êtes pas leur prof et cela ne servira à rien d’essayer de l’être. L’important, ce sont les 2 heures de calme et de concentration par jour (10 à 20 minutes pour les petits sont bien suffisantes). Choisissez des activités de ce livre ou des matières qu’ils/elles aiment. Laissez-les choisir, laissez-les découvrir d’autres matières qu’ils n’étudient pas en classe. Pour les plus grands, faites-leur découvrir des métiers et demandez-leur de vous les présenter au cours d’une véritable présentation PowerPoint ou Prezzi.com (un outil génial qu’ils adoreront manipuler).

premier page simpledad

 

Gratitude ! C’est le mot qui me vient en tête lorsque je pense à nos enfants. J’ai eu la chance d’avoir deux enfants en bonne santé et c’est le plus important. Dieu (ou Mère Nature ou les E.T appelez Cela comme vous voulez) m’a en plus gâté à deux reprises et je vous avoue que le mot approprié est vraiment « gaté » puisque c’est ainsi que je me sens.

J’ai, depuis la naissance de mon premier enfant, reçu pas mal d’autres cadeaux dont un en particulier : je vois la vie différemment. Alors oui, je suis dans le développement personnel pour celles et ceux qui connaissent mon activité première sur SemeUnActe.com et j’ai effectivement une certaine habitude d’analyse de mes habitudes… mais là je parle d’autre chose.

Se voir au travers des yeux d’un enfant

Première des choses : avoir un enfant c’est enfin ressentir ce que Mick Jagger ressent quand il monte sur scène. On est la star dans ces petits yeux et je vous avoue que ça fait reluire mon ego… qui en réalité est déjà assez gros.

J’ai eu l’occasion de réparer un de mes ordinateurs pas plus tard qu’hier. J’ai décidé d’associer mon plus grand à cette réparation et outre le fait qu’il sait désormais réparer un disque dur, le plus intéressant (pour moi) était de voir ses yeux s’illuminer en regardant son père faire.

Il y a un concept que je développe dans mon avant dernier livre et ça s’appelle « se voir au travers de LEURS yeux ». Cela veut dire arrêter de se juger et se voir à travers les yeux de celles et ceux qui nous aiment. Cela permet parfois de dépasser des blocages présents du fait d’une estime de soi trop approximative.

C’est le premier conseil que je donnerai à un Père (ou un parent d’ailleurs) qui douterait de ses aptitudes de Père. Si vous faites ce qu’il y a à faire mais que vous doutez toujours de vous-même, choisissez de vous voir à travers leurs yeux. Voyez-vous comme vos enfants vous voient, voyez-vous comme votre compagne vous voit. Nos moitiés voient nos défauts (dans mon cas il serait difficile de les louper) mais elles choisissent de voir ce qu’il y a de meilleur en nous. Et si c’est le cas, c’est parce qu’il y a quelque chose à voir de plus intéressant que nos défauts… et ça s’appelle notre portefeuille :-)

Papa_assiedstoi_Couverture V2SVoir la Vie au travers des yeux d’un enfant

L’un des plus grands cadeaux qu’il m’est était donné de recevoir est celui de redécouvrir la vie à travers des yeux neufs. Non seulement les yeux d’un enfant sont neufs et brillants mais ils sont toujours émerveillés de tout, et surtout des petits riens.

Je vous avoue qu’ayant une tendance à observer scientifiquement les réactions d’autrui, avoir deux enfants en bas-âge est un régal pour moi. C’est tellement un régal que j’en ai écrit un livre qui s’intitule « Papa, Assieds-toi. Je Vais T’apprendre Deux ou Trois Choses Sur La Vie ».

Je me suis donc glissé dans la peau et dans le mental de mon fils Adam afin d’écrire une série d’anecdotes avec une touche d’humour sur l’apprentissage de la vie au travers de la relation qu’a mon fils avec sa mère.

Toute ressemblance entre la Maman décrite ici et Laurie du blog Liyah.fr est complètement voulue. Chacun(e) est libre d’y voir et d’y comprendre le second degré qu’elle ou il veut :-)

Si vous souhaitez m’apporter votre soutien, le livre en question est à 99 centimes pour son lancement sur Amazon Kindle en cliquant ici : http://www.amazon.fr/dp/B006CUOFGM

Et si vous ne savez pas comment lire un livre numérique, tout est expliqué ici : http://semeunacte.com/ebooks

Merci à toutes et tous :)

C’est la première fois que nous prenons des vacances hors de France depuis 2006. Bon, le truc c’est que nous avons été expatriés depuis, et que donc nos vacances nous revenions les passer dans la Patrie-Mère. Normal, puisqu’il faut tout de même revoir la famille. Enfin, la famille en question se fiche un peu de revoir les parents depuis que les enfants sont nés, mais on fait semblant de ne pas s’en apercevoir :-)

Le problème c’est qu’avec les années nous sommes devenus bons à prévoir des voyages longs, mais pas des séjours courts. J’ai donc pensé à écrire un petit article pour moi d’abord, afin de pouvoir m’y référer en temps et en heure, et pour les lecteurs ensuite pour qu’ils connaissent la galère !

Avez-vous besoin d’un visa ?

Continue Reading…

C’est la question que m’a posé mon fils pas plus tard qu’hier. Il me demandait si je les accompagnais chez leur grands-parents et j’ai répondu que je ne pouvais pas parce que je travaillais. En fait physiquement, j’étais à moitié allongé sur mon lit avec mon ordinateur sur mes genoux… de quoi rendre perplexe un enfant de 4 ans.

Maintenant, ce qu’il faut savoir c’est que je travaille de chez moi depuis la mi-2011. Je suis ce qu’on peut appeler un webentrepreneur. De manière pratico-pratique je vends mes formations Internet dans le développement professionnel et personnel sur SemeUnActe.com et j’écris des livres numériques que je distribue ici sur Amazon.fr.

Mon cinquième livre est au prix de lancement de 0.99€ en cliquant sur l’image

Continue Reading…