Ce Serait Tellement Plus Facile de les Abandonner

30 janvier 2017 — 4 Comments

Cet article n’était pas prévu aujourd’hui. Non en fait il n’était prévu à aucun moment, mais j’ai dérogé à ma règle du matin. Ma règle est simple, je commence mes journées par de l’écriture. La raison officielle à cela est qu’ainsi je n’ai pas à courir derrière ma journée pour faire ce qui est vraiment important pour ma vie et mon business : écrire !

La raison officielle (et je ne l’ai jamais avoué en ligne) est que je m’imprègne très facilement de ce que je lis et de ce que je vois. En conséquence, un rien peut affecter mon humeur du matin et m’empêcher d’écrire. Aujourd’hui, ce n’est pas un rien et j’estime que mon article du jour sera repoussé à demain et il n’y aura pas mort d’homme.

abandon facileLa raison ? Certains d’entre vous savent peut-être que mon business s’appelle SemeUnActe.com. J’y écris souvent et je vends des méthodes et formations dans les domaines du développement professionnel et personnels. Comme c’est un webusiness, je passe beaucoup de temps en formation moi-même. J’essaie d’apprendre des meilleurs marketeurs sur le marché (très souvent Américains). Et pour moi les meilleurs marketeurs sont celles et ceux qui ont des vies stables, avec ou sans famille peu importe. Seul importe la stabilité, car elle est garante de bons produits à l’arrivée, c’est-à-dire sans trucs exagérés, « hype » ou des conneries trop belles pour être vraies.

Je vous raconte tout cela, car j’ai découvert que l’un des hommes que je respecte le plus dans le domaine, Dave Navarro, avait quitté sa femme et ses 3 fils sur un coup de tête. Bien entendu, ce n’est probablement pas un coup de tête, ce genre de décisions n’arrivent pas du jour au lendemain, et bien entendu il n’est pas seul en tort, il y a probablement des choses qui ont fait que…

Je ne plains pas sa femme, elle est adulte, même si elle croit le contraire, elle finira par s’en remettre et trouver un homme qui l’aimera à sa juste valeur. Non, là tout de suite je pense à ses enfants, à ses 3 bonhommes. J’ai mal pour eux.

Oui, c’est vrai ! Ce serait tellement plus facile de les abandonner

Il serait facile de maudire cet homme et tout ce qu’il est. Il serait facile de le blâmer et de dire qu’il n’est qu’un lâche. Il serait facile de lui jeter la pierre et de ne surtout pas balayer devant sa propre porte. Mais pour citer l’ancien président US John Fitzgerald Kennedy : « Nous ne choisissons pas de faire les choses parce qu’elles sont faciles, mais justement parce qu’elles sont difficiles ». Et ce qui m’est difficile là tout de suite c’est d’admettre que oui j’y ai pensé. J’ai pensé à partir !

Toute cette histoire m’a fait réfléchir à ma propre vie et à ma propre paternité. Et même si j’ai honte de le dire, je le dis : oui, c’est vrai ! Ce serait tellement plus facile de les abandonner. Je ne le dis pas avec fierté, je le dis, car certains pères liront ces mots pendant qu’eux aussi contemplent l’idée de la pause, de la séparation, du divorce… ou de la fuite pure et simple.

Les temps sont durs et avoir une famille est difficile de nos jours. Non, en fait pour paraphraser je ne sais plus qui « être un géniteur est facile, devenir père est difficile ». J’ai connu ma femme très jeune et j’ai eu mon premier enfant à l’âge de 28 ans. Je dois vous avouer que je pense souvent à la vie de célibataire que je n’ai pas eu. Je suis passé de chez ma mère à avec ma femme. Je ne sais pas ce qu’est la vie en solo. C’est un manque que j’ai.

Vous lisez ces lignes et vous pensez peut-être aux différents manques que vous avez vous-même dans votre vie. Ces manques sont probablement exacerbés par le fait qu’aujourd’hui vous ne passez qu’en seconde position. Vos envies passent après celles de vos enfants et même auprès de votre femme, vous passez en seconde position. C’est dur ! Et oui, c’est vrai ! Ce serait tellement plus facile de les abandonner.

Seulement voilà, même si c’était plus facile, la vérité est que nos enfants ne l’ont pas mérité. Ils n’ont rien demandé à personne. Ils sont arrivés innocents avec leur besace pleine d’amour et n’ont rien demandé de plus que recevoir et donner de l’amour et des câlins. Partir serait plus facile… pour nous, pas pour eux !

Je sais que beaucoup liront ces mots et se diront que malgré tout, il y a des situations où seule la séparation est envisageable. Mon avis importe peu, je n’ai qu’une seule chose à dire : un jour, vous avez aimé votre conjoint(e) au point de vous dire let’s go faisons un enfant ! L’erreur que nous faisons tous est de croire que cet amour s’est effrité pour finir par disparaitre. Je pense que cette image est fausse. L’amour en question ne s’est pas effrité, il a fini par être recouvert de tellement de couches de rancune, de colère, de jalousie, etc. qu’il semblerait qu’il ait fini par disparaitre. Seulement voilà, un diamant recouvert de merde… reste un diamant.

À celles et ceux qui contemplent la séparation et qui ont objectivement ou subjectivement toutes les raisons de partir, je dis : démerdez-vous pour retrouver ce diamant, démerdez-vous pour retrouver ce qui a vraiment de la valeur !

Credit Photo

admin

Posts

Mohamed est marié depuis 13 ans et a deux fils qui font son bonheur :-) Il partage ici son quotidien de Père et de Mari. Abonnez-vous à la NewsLetter pour recevoir tous les articles ainsi que son premier livre numérique intitulé "Papa Assieds-toi ! Je Vais t'Expliquer 2 ou 3 Choses sur la Vie".

4 responses to Ce Serait Tellement Plus Facile de les Abandonner

  1. Article très inspiré et très franc.
    Mon père à fait le con et à trompé ma mère, la frappé et lui a fait des dettes. Elle a tenu le coup jusqu’à la majorité de mon frère, pour qu’il ne soit pa balloté d’un parent à l’autre…
    Elle est décédée 4 ans après le divorce du stress de sa vie, du manque d’aide de son conjoint, d’un cancer qui aurait pu être soigné si mon père aurait fait un effort pour se rendre compte de la santé dégradante de ma mère et du manque d’argent pour les soins.
    Non, l’amour s’éffrite peut-être mais disprait aussi.
    On peut changer, cacher ce que l’on est réellement et devenir le pire du pire… et il y a des cas où on peut pardonner mais pas excuser !

    • Je suis vraiment désolé pour ta mère Franck, sincèrement ! Cependant je maintiens, elle a fait ce qu’il fallait pour ses enfants. Et ses enfants n’ont pas demandé à être balloté d’un endroit à un autre.
      J’ai pensé à mes enfants en lisant ton histoire. Ce que je me dis c’est que ton père cachait probablement une sacré dose de rancune et de frustration. Le mix des 2 n’est pas jamais bon et ça peut donner tout et n’importe quoi. Mon article était plus pour lui et les types comme lui/moi (je ne suis pas comme ton père DIEU merci, mais j’ai contemplé de sombres idées et si j’ai appris une chose de cette vie, c’est que ça n’arrive jamais qu’aux autres)

      Merci pour ta sincérité Franck, et Paix à l’Ame de ta Mère.

  2. Que dire.. c’est tellement vrai… je m’y retrouve tellement, et surtout je retrouve tellement mon conjoint. j’ai decouvert à mes « depens » que malgré la profondeur du désir d’etre parent, on n’y est jamais suffisement preparé. les choses changent de facon si radicale…c dur de se rendre compte qu’on passe en 2e, voire 3e position, face aux responsabilités, aux nuits blanches, aux maux de tete, au conjoint qui ne comprend pas, au sentiment de solitude… on regarde la porte de sortie avec envie…c pire encore qd on a le sentiment qu’on n’assure pas. je regarde mon cheri aujourdhui, et jai le sentiment profond qu’il a envie de partir, de retruover sa vie d’avant, qd il etait celib, voire simplement amoureux de moi, sans prise de tete.moi aussi, jai parfois envie de tt laisser tomber, de partir loin, de me retrouver, seule, jeune, insouciante…mais il suffit ke ma petite choukette tienne mes oreilles avec ses deux adorables menottes, me fasse un gros kissou tt baveux et me sourisse de toutes ses gencives pour que joublie tout, et ke je sois prete a me battre juska ma derniere goutte de sang. J’aimerais tellement que mon cheri ressente la mm chose, et trouve la force de rester, et de se battre. car c’est trop facile de partir…

    • Il le ressent Sylvia, mais parfois nous les hommes avons tendance à oublier qu’est ce qui fait notre VRAI bonheur (jusqu’à le perdre et là on pleure comme des merdes mdr)

      Essayez vraiment de rester connecté. Aménagez-vous du temps ensemble pour faire des choses ensemble. Les promenades et autres ne comptent pas car vous aurez tous les deux l’impression de le faire pour que l’autre reste. Trouvez une vraie activité où vous aimerez vous défoncer ensemble. C’est ce qui vous permettra de construire des projets et c’est la fondation d’un couple sain… selon moi :-)

      Reviens nous dire comment ça se passe quand tu veux.

Laisser un commentaire

*

Text formatting is available via select HTML. <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>